Agir avec nous

image
Nos analyses > Pérou: vers un élevage d’alpagas durable

7 février 2024

Pérou: vers un élevage d’alpagas durable

icone

Dans les hauteurs des Andes péruviennes, entre 3500 et 5000 mètres d’altitude, vivent près de 34 000 éleveurs d’alpagas, connu sous le nom de alpaqueros. Malgré le fait que 70 à 80 % de leurs revenus proviennent de l’élevage d’alpagas, de nombreuses familles vivent encore dans une extrême pauvreté, en raison des conditions difficiles et du manque de moyens financiers pour produire des fibres fines et de qualité.

Humundi, en partenariat avec Coopecan (Cooperativa de Producción y Servicios Especiales de los Productores de Camélidos Andinos) mènent différentes actions pour améliorer les conditions de vie des familles d’éléveurs.euses et préserver l’environnement.

COOPECAN : UNE COOPERATIVE SPECIALISEE DANS LA FIBRE D’ALPAGAs

Fondée en 2008 par plusieurs petits éleveurs et éleveuses d’alpagas, la coopérative se spécialise dans la commercialisation, la transformation et la classification de fibres d’alpagas. Spécialisée dans la commercialisation, la transformation et la classification de fibres d’alpagas, à ce jour, elle génère 67 emplois directs permanents et plus de 100 emplois temporaires.

En quinze ans, la coopérative a réussi à modifier les conditions traditionnellement défavorables des adhérent.e.s en augmentant la productivité et le revenu net de ses membres. Elle a en effet donné la possibilité aux éleveurs et éleveuses d’augmenter significativement la taille du troupeau et donc d’augmenter encore plus leur revenu net.

unE ÉVOLUTION PASTORALE

Notre équipe a récemment effectué une visite auprès de familles membres de la coopérative qui ont opté pour une approche pastorale novatrice en remplaçant le pâturage traditionnel dans les champs par l’élevage d’alpagas dans des zones à pâturages cultivés et irrigués avec de l’eau provenant de sources naturelles (accumulée dans de petits réservoirs) par le biais d’une irrigation par aspersion et d’autres techniques.

Grâce à cette initiative, les alpaqueros sont passés d’un alpaga par hectare de pâturage naturel à 50 alpagas par hectare de pâturage cultivé. Ce changement a non seulement augmenté la productivité des terres mais aussi amélioré l’alimentation de leur troupeau et la qualité des fibres d’alpaga produites. Ainsi, le revenu moyen d’un.e éleveur.euse ayant un troupeau de 150 alpagas est passée à plus de 1500 dollars par an.

Nievez Quispe Yuca, membre de COOPECAN, nous raconte qu’elle a commencé avec 74 alpagas et n’avait pas un seul mètre carré de pâturage cultivé. En 3 ans, avec le soutien de sa coopérative, elle a réussi à semer 2 hectares de pâturages cultivés et 1 hectare d’avoine fourragère. Actuellement, elle compte 214 alpagas. Elle a également installé des systèmes d’irrigation d’une capacité de 4 hectares, équipés de 10 asperseurs fonctionnant simultanément. Grâce à ces changements, sa production de fibres d’alpaga a augmenté, passant de 138 kg au début à 460 kg actuellement, améliorant ainsi les revenus de sa famille.

Copyright photos Coopecan

En savoir plus sur notre pARTENARIAT AVEC COOPECAN ?